Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Boygirl [TS/M]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1387
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   Dim 30 Sep - 11:34

Maze a écrit:
La sonnerie retentit et je m’éloigne d’eux, surtout d’elle, surtout de lui d’une manière différente, avec dans les entrailles cette terreur qui me tord. Elle me déchire comme un pétale.

C'est trop bôôô

Je trouve que la lecture de tes textes est souvent éprouvante, et là c'était particulièrement le cas, mais j'imagine que ça veut dire que c'est bien fait Smile

 
Maze

avatar


Messages : 124
Date d'inscription : 16/11/2014
MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   Lun 1 Oct - 22:21

Merci beaucoup  

Et dire qu'à mes yeux la partie d'Isidore est la moins dure :') j'espère que ça ira pour la suite !

[TW violence physique] [TW harcèlement] [TW homophobie]

 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1387
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   Ven 12 Oct - 13:40

Je trouve qu'il y a dans ce passage une intensité lyrique très belle, le récit d'Adel est à couper le souffle, c'est beau et cruel à la fois.

Mention magistrale :

Maze a écrit:
« Si tu la frappes pas tu es pédé. »

Pourquoi ? Parce que cette phrase qui pourrait se trouver dans n'importe quel roman jeunesse traitant de harcèlement (et ils sont nombreux) devient tout à fait géniale relativement à toute les autres fois où l'insulte n'est qu'un bourdonnement qu'on n'arrive pas à entendre : "(.)".
Ça renforce le discours d'Adel, le rend encore plus cru, c'est sublime.

J'apprécie aussi :

Maze a écrit:
Tu sais qu’elle ne s’appelait pas Boygirl, tu sais quel était son prénom.

On sent qu'il y a un enjeu très important ici, mais on ne sait toujours pas, nous lecteurs, quel est ce prénom. Et on ne sait pas non plus si on l'apprendra au cours du roman. J'adore les savoirs asymétriques en général, mais là c'est d'autant plus brillant que "Boygirl" est le titre du roman, qui n'est donc pas tout à fait éponyme, ce qui lui donne encore plus de sens.

Il faudrait que je relise tout depuis le début, mais je n'avais pas compris tout de suite que le "il" ou "lui" emphatique (un peu comme un "ille" latin à connotation laudative, cf "illustre") désignait Adel. Je pensais que c'était un autre personnage qu'Adel vénérait au point de ne pas prononcer son prénom (parce que les choses que l'on peut ou pas nommer son assez au cœur de ce roman).
D'où l'un de mes commentaires :

Meredith a écrit:
J'ai hâte d'en savoir plus sur "lui", vivement la suite Smile

Du coup, je me demandais : c'est une ambiguïté qui est faite exprès, ou c'est juste moi qui n'ai pas bien lu ?

Aussi, concernant le fait que la partie d'Isidore soit la plus soft : ce n'est pas agréable, mais ce n'est pas insurmontable non plus, il faut bien en garder un peu pour le crescendo Wink
Par exemple, "Lana rêve" était bien plus à la limite de l'insupportable avec cette espèce de "Jour sans fin" caractérisé par un viol. Tu maîtrises parfaitement cette écriture contre laquelle on doit "résister", du coup, j'ai hâte d'affronter les autres parties de "Boygirl" !

 
Maze

avatar


Messages : 124
Date d'inscription : 16/11/2014
MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   Dim 14 Oct - 12:17

Merci beaucoup d'avoir pris le temps d'écrire une si longue réponse, ça me fait très plaisir !

Pour ce qui est du "lui", il n'est pas dit tout de suite qu'il désigne Adel, il y a quelques passages où on se retrouve face à une personne qui n'est pas nommée. L'ambiguité est faite exprès ! Elle a été très instinctive.

Cet extrait est plus long que les autres parce que la première scène est assez violente. Je ne voulais pas vous laisser sur quelque chose qui se finissait trop mal, donc j’ai ajouté la scène suivante qui est plutôt longue. J’espère que ça ne vous dérangera pas, bonne lecture !

[TW brûlure] [TW harcèlement] [TW violence physique]



J’ai eu des doutes par rapport au fait qu’Adel ait une petite amie (à la base il y avait quelques légères références à elle tout au long de l’histoire). J’aurais voulu la supprimer dans cette scène aussi mais je ne sais pas vraiment comment m’y prendre.

de toutes manières => de toute manière (ou "de toutes les manières")
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1387
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   Ven 19 Oct - 21:07

Je vais commencer par donner mon avis, et ensuite je pense que ça servira de support à ma réflexion sur le rôle de Juliette Smile

La première partie (avec la scène de violence + brûlures) est très bien exécutée, je n'ai pas grand chose à en dire. Je m'intéresse davantage à la seconde partie, la scène de confidence entre Adel et Isidore.

A mon avis, ce passage manque un peu de subtilité (plus "adolescent", pour reprendre le mot honni ?). A la lumière d'une des phrases finales :

Maze a écrit:
On se tait, on a tous les deux quelque chose à dire qu’on ne dit pas.

on sent assez bien que le but de la scène est de finir sur ce beau moment, à savoir que les deux se savent plus ou moins amoureux l'un de l'autre de façon réciproque, mais qu'ils préfèrent ne pas prendre de risques (ou ne pas gâcher la beauté du silence ?). Bref, cette fin est belle, toute en finesse, mais ce qui précède me semble l'être beaucoup moins. On voit un peu trop les "ficelles" de la conversation, qui me semble aussi un peu trop dramatisée.

Je pense notamment à :

Maze a écrit:
C’est pas ça, ça c’était évident, depuis qu’elle savait que j’étais bi elle était insupportable. Heureusement d’une certaine manière. C’est mieux comme ça. On était d’accord. Ça fait un mois, ou deux, déjà. »
Il soupire doucement. C’est ce qui lui pesait.
« J’aurais dû te le dire. Je ne sais pas pourquoi je l’ai gardé pour moi. »

Je ne sais pas si c'est vraiment mon sens critique qui parle ou ma façon personnelle de voir les choses (ma sacro-sainte horreur des étiquettes, par exemple), mais je trouve que tout ça manque un peu de naturel. Ici, "je suis bi" équivaut à "je suis amoureux de toi" de manière un peu trop évidente ("J'aurais dû te le dire"), je trouve que le fait qu'Adel utilise le mot "bi" un peu trop facile.

Dans cette perspective, je vois un avantage au personnage de Juliette : elle permettrait de disséminer des signes un peu plus subtils de la bisexualité d'Adel, pour que l'on sente qu'il peut se passer quelque chose AVANT qu'Adel ne le dise presque explicitement. En sachant que tout ne va pas si bien dans le couple d'Adel, on se poserait davantage de questions, peut-être même en même temps que lui se les pose.

Cela me fait penser d'ailleurs que je croyais que "lui" était en couple avec Isidore quand j'ignorais son identité, car il agissait vraiment comme un amoureux. En apprenant qu'Adel est "lui", on remet en cause ce fantasme (qui devait être le fruit de l'imagination d'Isidore) et j'ai eu l'impression de ne pas avoir pleinement profité de cette désillusion.

Et puis je crois que j'ai personnellement un faible pour ce moment où le personnage doute d'aimer quelqu'un et doute d'être aimé de quelqu'un. Ici, Adel nous révèle d'un coup : "Je n'aime plus Juliette. Je t'aime", et il ne semble pas douter de ce qu'il ressent pour Isidore, ni Isidore réellement douter de ce qu'Adel ressent pour lui.

J'ai l'impression de faire plus de la psychologie amoureuse que de la critique littéraire, mon commentaire me semble assez mauvais, je ne sais pas ce que tu peux faire de ça, mais en tout cas ça reste très bien écrit, et j'ai hâte de lire la suite !

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boygirl [TS/M]   

 
 

Boygirl [TS/M]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits longs :: Romans-