Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 BeyondFell [TS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Daivou

avatar


Masculin Messages : 307
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 20
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Ven 15 Déc - 3:25

Elle continua d'avancer, rencontrant quelques monstres qui ne lui causèrent pas plus de problèmes que cela à esquiver, les flammes de Toriel l'ayant entraînée sur tout type d'attaque. Se sentant quelque peu épuisée, elle se reposa contre un banc mystérieux posé à cet endroit. Elle avait un peu froid, mais il semblait que ces fleurs avaient aussi leurs avantages. Elle regardait les alentours et décela de loin un autre piège grossièrement dissimulé, puis elle observa les alentours. Tout était si beau... Les arbres parsemés de neige, le sol dissimulé par ce manteau blanc, et cela sous une montagne ? Qui aurait cru que mère nature créerait un endroit pareil sous terre ? Frisk soupira et regarda le plafond s'élevant à plusieurs kilomètres au-dessus d'elle : pourquoi voudrait-elle sortir de ce lieu si somptueux ? Le monde des humains avait été un véritable calvaire pour elle. Ses paupières s’alourdirent sur ces sombres pensées, elle était humaine et avait besoin de repos.

Chara la regarda s’assoupir tranquillement sur ce banc en plein milieu hostile. Elle soupira en voyant l'insouciance de Frisk. N'avait-elle rien appris à propos des monstres à mesure que les fleurs avaient poussé sur elle ?
Depuis la création de la barrière qui les retient dans l'Underground, les monstres sont devenus cruels même entre eux... Je n'ai vécu que quelque mois ici mais maintenant que mes souvenirs sont revenus, j'ai l'impression d'avoir vieilli d'un siècle. Si au moins je pouvais l'aider ne serait-ce qu'un peu... Je ne suis malheureusement qu'un spectre sans influence, éveillé de nouveau en ce monde par cette fille... Pourquoi maintenant ? Le repos ne m'est plus accessible, mais il doit bien y avoir une raison.


Soudainement, un monstre ressemblant à un hibou humanisé et avec la tête en flocon de neige s’approcha furtivement de l'humaine ainsi endormie. Son approche furtive ne réveilla pas Frisk, si bien endormie. Chara remarqua aussi le monstre et observa silencieusement celui qui osait s'approcher de Frisk. Voyant que l'humaine ne réagissait pas, il fit un sourire narquois avant de lancer des attaques magiques tranchantes ayant une forme de boomerang. Une seule des attaques la toucha, la coupant littéralement en deux, aspergeant le sol sous le banc de son sang, tandis qu'une moitié de son corps tombait dans la neige empourprée. Le reset ne se fit pas instantanément, il y eut un temps de latence sûrement provoqué par la mort de Frisk durant son sommeil. Chara aperçut alors quelque chose d'étrange : le monstre qui riait jusqu'à présent de la mort de l'humaine venait d'être transpercé par plusieurs os tranchants. Son regard se planta vers un arbre avant qu'il ne se transforme en fumée. Chara se dirigea alors vers l'arbre en question et manqua un battement de cœur... Enfin si elle avait été encore vivante. La silhouette caché sous les branches n'était autre que celle de Sans. Il avait tué le meurtrier de Frisk mais.... pourquoi maintenant ? C'était déjà trop tard avant qu'il ne fasse cela. Quelle raison aurait-il pu avoir de faire ça ? Chara n'eut pas le temps de se poser toutes ces questions : le monde se retrouva absorbé, et tout devint noir. Frisk était de nouveau entière, allongée sur le sol devant le panneau des Resets. Chara la regarda, l'innocence de l'inconsciente était ici à l'état pur, faisant même rougir Chara malgré la distance qui la séparait d'elle. Si au moins quelque chose pouvait la rassurer, c'est que Frisk n'avait pas pu sentir la douleur, son état de torpeur l'avait pour ainsi dire sauvée de cette mort. Chara n'ayant plus besoin de la surveiller se mit à réfléchir dans un coin. Frisk ne se releva qu'un long moment plus tard...


Remarquant qu'elle n'était plus sur un banc devant un paysage enneigé, elle soupira mais reprit son sourire généreux juste après. Elle avait plus que profité de son repos, et c'est pour cela qu'elle était morte...  Du moins c'est ce qu'elle présumait. Elle appuya sur continuer, réapparaissant juste un peu avant qu'elle ne percute Papyrus en ne faisant pas assez attention. Elle avança alors prudemment en revenant vite à l'endroit de leur rencontre. Dès qu'elle vit Papyrus, elle fit un petit tas de neige derrière lequel elle s'allongea pour ne pas se faire remarquer. Suivi de Sans, Papyrus observa hâtivement les alentours puis s'en alla sans un mot. Sans, quant à lui, resta un peu plus longtemps et se permit même de s’adresser à elle.

« Finalement tu as opté pour le blanc... C'est vrai que le vert ne te va pas très bien. Simple question de vert-dure, tu es peut-être plus qu'un blanc-bec... mouahahahahah »

Frisk n'en pouvant plus se mit à pouffer de rire derrière sa couverture, annulant de ce fait son effet. Le temps qu'elle se relève Sans s'était déjà téléporté ailleurs... Elle put voir le sourire amical qu'il avait arboré quand elle avait ri de ses blagues. S'avançant tranquillement sur le même chemin que la dernière fois, elle remarqua que certains des pièges avait été déplacés, cependant toujours aussi grossièrement qu'à l'accoutumée. Elle esquiva sans grande difficulté et finit par de nouveau atteindre le banc où elle s'était reposée. Elle épousseta la neige qui était tombée dessus avant de continuer son chemin toujours plus profondément dans la forêt. Elle finit par atteindre un ravin où seul un pont plutôt long permettait le passage de l'autre côté. Insouciante, elle s'aventura sur le pont sous le regard blasé de son observatrice fantomatique qui se demandait vraiment pourquoi elle avait été ramenée pour Frisk... Après avoir traversé les trois quarts du pont elle entendit du bruit de l'autre côté. Malheureusement, sur le pont, elle était vulnérable, ne pouvant se cacher nulle part. Le bruit qu'elle entendait n'était autre qu'une voix. Appartenant au frère de Sans, la voix se fit plus forte jusqu'à devenir une silhouette visible de l'autre côté du pont. Quand il vit enfin Frisk, son expression se rapprocha de celle des autres monstres l'ayant tuée... Toujours ce sourire narquois ornant leurs visages.

« HALTE  HUMAINE ! JE  SUIS  LE  MONSTRE  QUI  DONNERA  TON  ÂME  AU  ROI !  ALORS , ESSAIE  DONC  DE  SURVIRE  A  MON  PONT  DE  LA  MORT ! NYAHAHAHAHAH »

Papyrus ne portait pas son armure habituelle, il était vêtu d'un veste en cuir à la place de son plastron et d'un pantalon noir troué au niveau des rotules, le reste étant pareil que lors de leur première rencontre. Il sortit de sa veste une télécommande, un seul gros bouton rouge était dessus. Lorsqu’il appuya dessus, plusieurs machines meurtrières apparurent par le flanc de la montagne. Frisk devait prendre une décision rapidement tandis que des bras robotiques armés de tronçonneuses, d’arbalètes et même une possédant un lance flamme se rapprochaient d'elle. Ses pensées affluaient dans son cerveau, elle devait faire quelque chose et sûrement pas rester immobile en attendant une autre mort atroce. Elle se mit alors à courir vers la fin du pont, elle arriva à cinq mètres ! Non plus que quatre ! Trois ! Elle allait presque atteindre son échappatoire quand elle sentit le pont se dérober sous ses pieds. Les machines, ayant déjà coupé court à ses pensées, venaient de sectionner le pont en deux. Frisk agrippa une des cordes qui retenaient jadis ce pont en bois, se préparant à l'impact contre la paroi qui fut plutôt rude. Néanmoins elle réussit à garder sa prise et se retint comme elle pouvait pour ne pas tomber dans les profondeurs insondables de ce gouffre. Elle entendit Papyrus émettre un rire sourd et rauque alors que les bras se rangeaient de nouveau dans la montagne comme si rien ne s'était passé.

« VOILA  NYAHAHAHAHAH  NOUS  N'AVONS  PLUS  QU 'A  RECUPERER SON ÂME  EN  BAS  DE  LA  MONTAGNE ! JE  SUIS  UN  GENIE !  PLUS  PERSONNE  NE  POURRA  DOUTER  DE  MA  MONSTRUOSITE ! »

Il courut vers le chemin, descendant en bas du ravin, fier de sa victoire écrasante sur l'humaine. Frisk, quant à elle, tenait du mieux qu'elle pouvait, mais ses mains commençaient à devenir moites, glissant au fur et à mesure de la corde. Elle essaya de remonter mais il n'y avait aucune prise à sa portée, jusqu'au moment où elle lâcha... Elle ferma les yeux, s'attendant à une chute douloureuse. Le temps sembla être une éternité, puis elle sentit le sol sous ses pieds, mais… pas aussi rapidement que cela aurait dû... Elle s'autorisa à ouvrir les yeux, apercevant son sauveur avec ses deux orbites illuminées de points blancs : Sans. Il l'avait sauvée d'une mort certaine en la soulevant dans les airs et la reposant sur le sol. Frisk, le regardant, lui adressa un sourire sincère auquel, pour la première fois, il répondit avec un sourire scintillant de bonté...

« Finalement la ''corde'' du destin ne s'est pas coupée pour toi... Tu as plusieurs cordes à ton arc ne l'oublie pas… bon... on devrait s'ac-corde-er pour la suite .. »

Frisk s'approcha de lui en souriant face à ses blagues mal placées tandis que Chara semblait lassée de celle-ci. Elle le regarda intensément et un sentiment inconnu émergea en elle. Quelque chose de fort, puissant mais à la fois mystérieux. Elle se mit à rougir sans raison et à baisser son regard. Sans ne comprit pas vraiment pourquoi elle faisait cela... Elle non plus. Mais elle sut bien assez tôt que le sentiment nouveau qui parcourait son corps n'était autre que ce qu'on appelle l'amour. Elle releva la tête face à Sans.

« Merci de m'avoir sauvée... Tu aurais pu me laisser mourir comme les autres fois. Mais tu ne l'as pas fait. Tu es peut-être un monstre, mais je sens qu'il y a un cœur qui bat en toi... Comme pour nous, êtres humains. Je te remercie sincèrement. »

« Alors tu savais pour les morts ?... (il passa sa main derrière son crâne en signe de gêne) »

« Oui (elle eut un petit rire avant de se reprendre), c'était plus que simple à deviner. »

« … Je vois... Nous ne devrions pas rester ici, mon frère va finir par remont... »

Il fut interrompu par l'ombre de Papyrus, venant de se poser sur lui. Il se tourna vers lui, tandis que l'expression de Frisk changeait subitement : elle qui semblait toujours sûre d'elle affichait un regard effrayé face aux orbites perçantes de Papyrus. Il fit un pas, se plaçant à côté de Sans et regardant l'humaine comme un enfant regarderait un bonbon dans son emballage.

« BRAVO SANS ! TU  LA  RETROUVEE ! MAINTENANT  FINIS-EN  AVEC  ELLE ! »

Sans regarda son frère en n'affichant désormais plus que son œil rouge dans une orbite. Il tressaillit suite à l'ordre que venait de lui donner son frère....

quelle monstre => quelques monstres
plus de problème => problèmes
l'aillant entraîner => l'ayant entraînée
quelque peu épuisé => épuisée
un banc mystérieuse => mystérieux
Tout étaient si beaux => Tout était si beau
neiges => neige
plusieurs kilomètre => kilomètres
voudrais-t-elle => voudrait-elle
ce lieux => ce lieu
Le monde des humains avaient => avait
à mesures => à mesure
les retiens => les retient
cet fille => cette fille
endormi => endormie
est observa => et
s'approchait => s'approcher
tandis qu'une moitié de son corps tomba => tombait
empourpré => empourprée
il y eu => eut
transpercer => transpercé
fumé => fumée
si elle aurait => si elle avait
qu'il fassent => qu'il ne fasse
quel raison => quelle raison
tout ses question => toutes ces questions
devient => devint
allongé => allongée
la séparé => séparait
quelques choses pouvait la rassuré  => quelque chose pouvait la rassurer
sauver => sauvée
repris => reprit
continuait => continuer
remarqué => remarquer
Suivit de Sans => Suivi de Sans
quand à lui => quant à lui
s'adressait => s'adresser
le vert ne te vas => va
peux être => peut-être
c'était => s'était
Elle puis => Elle put
certain => certains
déplacer => déplacés
l'accoutumé => l'accoutumée
son grande difficulté => sans
c'était reposé => s'était reposée
ramener => ramenée
elle entendus => entendit
n'été d'autre => n'était autre
tué => tuée
armure habituel => habituelle
est d'un pantalon => et
le restes => le reste
leurs première rencontre => leur première rencontre
plusieurs machine meurtrière => plusieurs machines meurtrières
sûrement pas restait => rester
se dérobait => se dérober
venait de sectionné => venaient de sectionner
une des corde qui retenait => une des cordes qui retenaient
elle réussi => réussit
gardé => garder
les profondeur insondable => les profondeurs insondables
Elle entendis => entendit
les bras se ranger => se rangeaient
rien ne c'était => s'était
Frisk quand à elle => quant à elle
moite => moites
sa porté => portée
ses deux orbite illuminé de point blanc => ses deux orbites illuminées de points blancs
sauvé => sauvée
ne c'est pas coupé => ne s'est pas coupée
ses blagues mal placé => ses blagues mal placées
lassé de ses blagues => lassée
que son appelle l'amour => que ce qu'on appelle l'amour
sauvé => sauvée
Tu aurais pu me laissé => laisser
être humains => êtres humains
tu savait => savais
elle eu => eut
pas resté => rester
sur d'elle => sûre d'elle
un regard effrayait => effrayé
un enfant regarderais => regarderait
RETROUVE => RETROUVEE
au ordre => à l'ordre
donné => donner



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.


Dernière édition par Daivou le Ven 5 Jan - 3:32, édité 1 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1395
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Mer 3 Jan - 23:46

Plusieurs répétitions peu élégantes que tu pourrais éviter :

@Daivou a écrit:
Appartenant au frère de Sans, la voix se rapprocha jusqu'à devenir une silhouette visible de l'autre côté du pont. Quand il vit enfin Frisk, son expression se rapprocha de celle des autres monstres l'ayant tué...

"Se rapprocher"

@Daivou a écrit:
Frisk s'approcha de lui en souriant face à ses blagues mal placées tandis que Chara semblait lassée de ses blagues.

"ses blagues"

@Daivou a écrit:
Sans ne comprit pas vraiment pourquoi elle faisait cela... Elle non plus. Mais elle comprit bien assez tôt que le sentiment nouveau qui parcourait son corps n'était autre que ce qu'on appelle l'amour.

"comprendre"

@Daivou a écrit:
un regard effrayé face au regard que lui jetait Papyrus

"regard"

Sinon, j'aime bien l'évolution de la relation entre Sans et Frisk, je ne m'y attendais pas, mais c'est plutôt bien fait ~

 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 307
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 20
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Jeu 4 Jan - 0:56

Ouhla effectivement, je ne m'en étais pas rendu compte O-o Je vais arranger cela au plus vite !
Ah et justement le but était que personne ne se doute de cette relation entre Frisk et Sans, même si j'avais un peu spoil cette tournure dans la chanson en accord avec l'histoire ^^.



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 307
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 20
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Jeu 31 Mai - 15:03

Sans regarda un instant dans la direction de Frisk qui avait l'air confuse à propos de la remarque de Papyrus. Cependant, elle restait confiante : sans savoir pourquoi, elle pensait que Sans ferait le bon choix au moment voulu. Il regarda une seconde fois son frère qui n'avait plus d'yeux que pour l'humaine...

« hey pap... lieutenant... tu ne voulais pas ramener une humaine vivante à asgore ? »


« OUI  MAIS  J'AI  REFLECHI  A  CELA  CHER  FRERE ! ET  JE  SERAIS  SÛR  D'ÊTRE  PROMU  SUPERIEUR  A  UNDYNE  SI  JE  RAMENE  DIRECTEMENT L'ÂME  DE  L'HUMAINE !  ET BIEN  SUR,  TU  N'OSERAIS  PAS  DEFIER  TON  FRERE ? »


Papyrus jeta un coup d’œil contrarié à son frère, il semblait mécontent du fait qu'il n'ait pas exécuté son ordre. Malgré son absence de peau, des gouttes perlèrent sur le crâne de Sans...

« n-non... bien sur que non... »


Il se plaça devant Frisk, tout en faisant apparaître quelques os autour de lui. Frisk remarqua qu'il semblait hésitant et tardait à lancer son attaque. Elle se mit à lui parler...

« Sans... Ne t'inquiète pas pour moi. Tout ce passera bien, je sais que tu feras le bon choix quand le moment sera venu... J-Je  sais que c'est difficile... Mais je crois en toi. Alors tue-moi, il n'y a pas d'autre solution pour le moment.... »

Sans la regarda, il finit par obéir à son frère, tandis que les plusieurs os créés auparavant venaient de la transpercer de part en part. Il ne put s'empêcher de lâcher un soupir tandis que le monde disparaissait... Tout devint noir et elle réapparut devant l'écran devenu si familier pour elle. Elle regarda intensément le mot « Continue » affiché sur son écran, avec un désir ardent. Elle voulait rejoindre la personne qui venait de lui faire découvrir une sensation nouvelle. Elle avait envie d'en connaître plus sur lui et sur l'histoire des monstres. Elle avait envie de comprendre ce sentiment nouveau qui germait en elle. Frisk appuya sur le bouton qui aurait pu s’enflammer au moindre instant. Elle réapparut dans le monde et se dépêcha de retourner près du pont... Ce qui lui valut quelques fleurs en plus. Ne dit-on pas qu'il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ? Elle arriva finalement au moment qu'elle attendait tant. Sans venait de la sauver, et ils se regardèrent un moment sans dire un seul mot. Sans se rapprocha de Frisk et attrapa une de ses mains.

« pour le moment, partons d'ici... »

Frisk regarda leurs mains enchevêtrées l'une dans l'autre. Une chaleur envahit son corps. Elle sentit Sans tirer sur sa main pour la faire avancer. Elle se mit alors à courir, mais Papyrus arriva à ce moment là, stoppant les deux jeunes êtres dans leur course. Sans plaça Frisk derrière lui, tout en observant son frère nonchalamment. Leurs regards se croisèrent, et ils semblaient communiquer entre eux rien que par leur orbite. Leurs expressions changeaient de temps en temps, comme pour une vraie discussion... Sauf qu'aucun son ne provenait de leur bouche. Frisk les observait, sachant que la situation s'envenimait au fur et à mesure que le temps passait. Cependant, elle n'avait jamais vu Sans désobéir une seule fois à son frère, elle connaissait donc la suite de cette histoire... Une Mort, Une Fleur, Un Reset... Cette monotonie commençait à la ronger, elle ressentait aussi plus de faiblesse et de lacune au niveau de ses réflexes. Cette épopée la fatiguait énormément, elle ne pouvait pourtant pas baisser les bras. Sans fit apparaître quelques os ,qui virevoltèrent au-dessus de lui. Elle comprit que c'était l'heure de sa prochaine mort, fermant les yeux et se préparant pour une vive douleur. Les os volèrent et se plantèrent enfin... Dans la neige devant Papyrus ! Elle rouvrit les yeux et observa la scène : les deux frères se faisaient face, prêts à en découdre. Papyrus créa des grands os surgissant du sol, ils foncèrent droit sur Sans, qui les esquiva d'une téléportation, emmenant Frisk avec lui. Il la cacha derrière un rocher, avant de se téléporter de nouveau devant son frère. Il lui lança encore quelques os, que Papyrus esquiva, cependant une partie de sa veste fut déchirée. Il regarda Sans, et l'attaqua de nouveau avec son attaque précédente. Après avoir fait un pas de côté, il fit apparaître un crâne faisant environ sa taille. Cela paraissait être un crâne d'une créature inconnue... Peut être un dragon ?... Cependant, au moment où l'apparition ouvrit la bouche, un énorme laser en sortit, ayant pour cible Papyrus. Ne bougeant pas d'un pouce, il créa un os géant sortant tout droit du sol, qui stoppa le laser nettement. Frisk ne pouvait rien faire d'autre que de regarder les deux frères se battre ensemble. Les échanges d'attaques étaient pour la plupart faits d'os, néanmoins Sans semblait avoir un certain avantage avec son attaque et ses téléportations. Frisk restait cachée, mais en regardant ce combat des plus violents, elle remarqua que Sans faiblissait petit à petit, à mesure qu'il continuait ses attaques. Il était bien moins endurant que Papyrus, et plus la bataille s'éternisait, plus la balance penchait en la faveur du frère. Il n'y avait pas que ça, Sans ne voulait pas attaquer ou blesser son frère. Il ne le montrait que rarement mais il l'appréciait beaucoup. A elle seule, Frisk avait changé la donne...  Si elle n'avait pas été là, cette bataille entre deux frères n'aurait pas eu lieu d'être. Sans enchaînait les lancers d'os contre son frère, néanmoins les os de son frère étaient plus résistants. Ainsi, ses os ricochaient contre ceux de son frère, et il n'avait pas d'autre choix que d'esquiver. Il voyait ses limites approcher rapidement, ses esquives se faisant moins rapides. Sans était plus puissant, mais sa magie le fatiguait à un rythme effréné. Il ne pouvait pas gagner si le combat s'éternisait, mais il ne pouvait pas non plus tuer son frère. Frisk avait remarqué que les coups qu'il assénait à son frère ne visaient jamais les points sensibles. Un échange d'os mis fin au combat titanesque entre ses deux squelettes : Sans tomba à quatre pattes dans la neige. Il avait beau ne pas posséder de poumons, on voyait bien sur son visage que sa respiration était difficile.

« SANS ! » s'écria Frisk en courant vers lui.

Ses jambes... Elles s'étaient mises à bouger de leur plein gré dès qu'elle avait aperçu Sans en difficulté. Papyrus la regarda, arborant un sourire narquois... Il s’apprêtait à lancer une attaque sur Frisk, un os sortant du sol qui la traversa intégralement. Sans avait compris ce que voulait faire son frère …

« hehe... alors c'est comme ça ?... je suis condamné… à la regarder mourir... encore et encore ?... eh bien… tu vas être fort déçu... cher frère... »

Frisk continuait de courir droit dans le piège de Papyrus sans s'en rendre compte. Papyrus commença alors à invoquer des os depuis le sol et Frisk essaya de s'arrêter dans sa course, mais glissa sur la neige. C'est à ce moment que tout dérapa très rapidement... Sans se téléporta devant Frisk pour la protéger puis … CRACK. Un long moment de silence suivit ce craquement des plus terrifiants... Frisk regardait Sans, tandis que des larmes coulaient sur ses joues. Ses sanglots résonnaient dans le précipice non loin de là. Sans ne bougeait plus, son orbite restante semblait regarder avec incompréhension en direction de son frère, malgré la plus grande partie de son crâne brisée en petits morceaux. Ils disparurent, redevenant poussière. Celui à qui appartenait ces morceaux commença aussi à se changer en poussière. Frisk essaya de le prendre dans ses bras, mais il était déjà trop tard : les grains scintillants s'éparpillèrent au gré du vent. Papyrus s'avança vers l'humaine, néanmoins ses jambes tremblotaient. Il regarda Frisk affichant une expression cachant toute émotion.

« ADIEU  HUMAINE... »

Il attaqua Frisk avec un os pointu, transperçant son torse, tandis qu'elle ne répliquait même pas. Elle mourut dans la plus profonde des tristesses. Il ramassa l'os, alors que le monde se désagrégeait, et sauta dans le précipice tête la première...
Frisk pleurait à chaudes larmes devant l'écran de reset. Elle ne comprenait pas encore entièrement ses sentiments, mais elle souffrait. Je ne savais pas vraiment de quoi, après tout je ne suis qu'un esprit ! Et pourtant, pour la première fois, je me rapprochai d'elle de mon plein gré. Je la pris tendrement dans mes bras en la rassurant avec de douces paroles. Elle finit par laisser son chagrin s'envoler et me regarda avec stupéfaction.

« Qui....qui es-tu ? Comment es-tu parvenue à venir ici ? »

Je la regardais, un peu embarrassée qu'elle ait découvert ma simple existence. Je décidai donc de lui dire certaines choses sur moi. Je lui racontai depuis quand j'étais là, ainsi que mon incompréhension au départ. Que j'avais vu tout ses resets, mais quand elle me demanda comment, je restai muette comme une tombe.


« Oh c-ce n'est pas grave si tu ne veux pas répondre ! Merci, d'être venue me parler ! »

Elle souriait de son sourire habituel, joyeux et plein d’innocence. Je soupirai une nouvelle fois devant cet air enfantin.

« Espèce d'idiote ! Ça ne servait à rien de pleurer, vu que tu peux y retourner maintenant ! »

Je m'étonnais à lui sourire en retour, quelque chose en elle attirait la bienveillance. Elle me fit un signe de la main, avant de se relever et de retourner devant l'écran de sélection. Elle disparut tandis que le monde revenait à lui. Je sentis une présence menaçante dans la salle, et me retournai... Je vis une forme au loin possédant un visage qui me regardait. C'était quelqu'un que je connaissais, mais je ne me souvenais pas de son nom, puis la forme sembla disparaître dans la noirceur de cet endroit, et son nom me revint à l'esprit c'était :

« Professeur G... »


Sans ferais => ferait
au moment voulut => voulu
REFLECHIS => REFLECHI
qu'il n'est pas exécuté => qu'il n'ait
tu fera => tu feras
les plusieurs os créaient auparavant venait => créés / venaient
en toute part => de part en part
devenue si familier => devenu si familier
s’enflammé => s'enflammer
est ce dépêcha => et se dépêcha
Ne dis dont pas => Ne dit-on pas
qu'elle attendait temps => tant
leur mains enchevêtré l'une dans l'autre => leurs mains enchevêtrées l'une dans l'autre
Elle sentit Sans tiré => tirer
avançer => avancer
leurs courses => leur course
Leur regard se croisé => Leurs regards se croisèrent
il semblait => ils semblaient
Leurs expression changé => Leurs expressions changeaient
une vrai discussion => une vraie discussion
que le temps passé => que le temps passait
elle n'avait jamais vue => vu
Cet monotonie => Cette monotonie
Cet épopée la fatiguée => Cette épopée la fatiguait
Elle compris => Elle comprit
les deux frères se faisait => se faisaient
prêt => prêts
avant de se téléportait => téléporter
quelque os => quelques os
déchiré => déchirée
et l'attaque => l'attaqua
d'une créature inconnu => inconnue
en sortie => en sortit
faîte d'os => faites d'os
Frisk restait caché => cachée
avait changer => avait changé
deux frère => deux frères
Sans enchaîné => enchaînait
les lancer => les lancers
était plus résistant => étaient plus résistants
ricochet => ricochaient
Il votait ses limites approchait => Il voyait ses limites approcher
moins rapide => moins rapides
un rythme effrénée => effréné
tué => tuer
ne visait => ne visaient
Elles s'étaient mise à bouger => Elles s'étaient mises à bouger
avait aperçut => avait aperçu
qui la traverseras => traversa
voulais => voulait
tu va => tu vas
à invoqua => à invoquer
de s'arrêtait => s'arrêter
Frisk regardais => regardait
sur ses joue => joues
cachant toute émotions => émotion
ADIEUX => ADIEU
elle ne répliqué => répliquait
se désagréger => désagrégeait
pleurer de chaude larmes => pleurait à chaudes larmes
s'envolait => s'envoler
quelle est => qu'elle ait
Je décidais => décidai
racontais => racontai
restais => restai
être venu => venue
Je soupirais => soupirai
cet enfantin => cet air enfantin
vue que tu peux y retourné  => vu que tu peux y retourner
quelques choses => quelque chose
Elle me fis => fit
me retourner => retournai
regarder => regardait
me reviens => me revint



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1395
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Jeu 7 Juin - 15:10

Je suis contente que ça bouge un peu, je trouvais que tu stagnais un peu depuis quelques posts Wink

Depuis la dernière fois, j'ai essayé de jouer à Undertale, c'était plutôt sympa !

Juste une petite remarque sur cette phrase :

@Daivou a écrit:
Ses jambes... Elles s'étaient mises à bouger de leur plein gré

Dans la mesure où des jambes n'ont pas de volonté d'habitude, ça fait bizarre... Ça voudrait dire qu'on demande toujours leur avis aux jambes pour marcher, et qu'elles acceptent en rechignant, mais que là pour une fois elles sont d'accord ! J'aurais plutôt mis "toutes seules" ou "comme si elles avaient une volonté propre".

 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 307
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 20
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Ven 20 Juil - 20:07

Frisk réapparut tandis qu'un monstre qu'elle commençait à bien connaître l'attendait... Sans. Néanmoins, il semblait différent. Elle l'examina scrupuleusement d'un air suspicieux qui la rendait ridiculement sérieuse. Sans la dévisagea avant de se mettre à rire.

« Mouahahahah, je suis désolé, mais le style sérieux ne te va pas du tout, princesse»

Elle regarda Sans, toujours aussi intensément et aussi sérieuse, comme si elle n'avait rien entendu. Elle se rapprocha de lui afin de mieux observer. Ce n'est qu'à quelques centimètres de son visage qu'elle remarqua enfin... Son orbite droite n'avait plus de point lumineux à l'intérieur, cela ne voulait dire qu'une chose.

« Sans.... T-tu ne vois plus que d'un œil...n'est ce pas ?... »

Il soupira doucement laissant sa nervosité prendre le dessus.

«Ouais... Mais toi aussi princesse... »

« Comment ç... »

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase avant de se rendre compte que sa vue était plus courte qu'avant... Elle toucha l'endroit ou était censé se trouver son œil droit et.... découvrit la vérité : une fleur avait poussé, lui faisant perdre l'usage d'une partie de sa vue. Elle regarda Sans et lui sourit comme à son habitude.

« Ce n'est pas grave...  Tant que l'on sera unis, mon sort importe peu. »

« Hey... Quelqu'un s'inquiète vraiment pour toi, tu sais ? »

« Merci Sans »

Elle prit Sans dans ses bras, se reposant l'espace d'un instant. Il poussa Frisk un peu plus loin, puis lui prit la main, commençant à avancer vers son village. Bizarrement, il ne croisèrent pas Papyrus sur leur chemin et les pièges semblaient pour la plupart avoir été désactivés. Aucun monstre ne se montra à cause de la présence de Sans près de l'humaine. C'était un monstre craint dans l'underground à cause d'un certain fait plutôt... poussiéreux... Ils traversèrent le pont, ainsi que l'endroit du combat, le cœur lourd. L'un à cause de la mort provoquée par son propre frère... L'autre à cause de la perte d'un être cher... Tous deux désormais réunis comme le yin et yang, l'obscurité et la lumière. Ils arrivèrent non loin de Snowdin, et Sans les arrêta.

« Bon... C'est une ville remplie de monstres meurtriers. Cache-toi un instant, je reviens de suite »

Il ne lui laissa pas le temps de répondre et se téléporta... Frisk chercha un endroit où se cacher, la végétation semblait touffue par endroits. Elle se faufila donc derrière des buissons attendant patiemment son retour.

Je ne pensais pas revoir le Professeur un jour, pas après ce qu'il avait fait... Peut-être que mon imagination me jouait juste des tours ?... Pour l'instant je n'en savais rien, alors j'observais Frisk calmement. Cette histoire me laissait perplexe... Un monstre et une humaine qui s'aimaient, c'était contre-nature. Et pourtant... Leur amour semblait si pur...

« Ce n'étaient pas les premiers, Chara... Ou plutôt devrais-je vous appeler Princesse Dreemurr ? »

Elle frissonna, la voix qui venait de parler derrière elle n'était autre que G...

« Que faites-vous ici ? 

- Tiens donc... Tu te souviens de moi ? Tu es la seconde personne que je connais à te rappeler celui que j'ai été.

- Croyez-moi, si je pouvais effacer votre existence je le ferais sans hésiter ! »

Chara bouillonnait de rage rien que de le revoir, lui, cet individu qui avait tant soutiré aux monstres. C'est en grande partie de sa faute si les monstres sont devenus si cruels entre eux. Il les avait poussés à se haïr mutuellement, à se sentir inférieurs les uns par rapport aux autres. Tout ça juste pour ses expériences stupides...

« Tu n'auras pas besoin de le faire, tout le monde m'a déjà oublié... La dernière de mes expériences fut un échec resplendissant. Mais je sais maintenant la raison de cet échec ! »

Il s'avança hors de sa zone d'ombre découvrant un être difforme... Seul son crâne semblait intact tandis que le reste de son corps ne ressemblait ni plus ni moins qu'à de la boue noire... Elle ne savait pas de quelle expérience il parlait... Cela avait donc dû se dérouler après la mort de Chara et... Asriel.
Elle retint un sanglot et le défia du regard.

« Que comptez-vous faire cette fois ?! 

- Rien que finir ce que j'avais commencé... Mais pour ça, j'ai besoin d ''elle '' …

- F-Frisk ? Mais pourquoi donc ? Elle n'a rien à voir avec les monstres !

- Tu le verras bien assez tôt, princesse Dreemurr... »

Après ces mots, il disparut sans laisser de traces, laissant Chara à ses interrogations... Elle n'eut pas le temps d'y réfléchir, Sans revenait déjà vers Frisk.


Frisk passa sa main dans ses cheveux et soupira, elle n'avait aucun moyen de s'en occuper. Ce n'était vraiment pas la priorité, vu qu'elle était coincée sous une montagne, mais elle aimerait bien pouvoir se brosser les cheveux de nouveau. Ce ne serait sans doute pas possible avant un moment. Tandis qu'elle rêvassait, Sans revint, un sac en main. Frisk sortit de sa cachette et vint à sa rencontre.

« Tiens, princesse, c'est un déguisement de monstre. Avec ça, tu passeras un peu plus inaperçue, il faudrait pas que la PEAU-lice te voie. Sinon tu risques d'avoir mal au PEAU-stérieur. »

Frisk laissa échapper un petit rire tout en prenant le sac des bras de Sans. Elle prit les vêtements et accessoires placés à l'intérieur et s'en vêtit par dessus ses propres habits. Maintenant elle portait un long manteau noir tellement grand qu'il enveloppait tout son corps, et traînant au sol. Un crâne était placé par dessus son visage, un peu grand mais avec la capuche du manteau on croirait presque à un monstre... Façon de parler, bien sûr. Elle regarda Sans avant de lui demander.

« Ça me va bien ?

-Oui, on dirait un vrai squelette. Du moins tant que l'on observe pas tes os de près, mouahahah »

Elle était contente que cela lui plaise et fit une espèce de petite danse avant de trébucher sur ce vêtement trop grand. Il la rattrapa avant qu'elle ne tombe, et Frisk fut bien contente qu'il ne puisse pas voir son visage en l'état actuel, vu qu'elle rougissait. Il lui laissa le temps de se remettre sur ses pieds et de s’entraîner à marcher. Après un moment, il décidèrent de traverser Snowdin pour arriver chez Sans. Il habitait à l'autre bout de ce village, cependant la seule présence de Sans faisait s’éloigner les autres monstres de cinq mètres. Ils arrivèrent enfin devant sa maison où il ouvrit la porte à Frisk sans tarder.

« Ici tu es à l'abri, tu peux enlever ton déguisement.

- D'accord ! »

Tandis qu'elle se dévêtait, Frisk observa l'endroit. Une fois rentrée dans la maison, elle arriva dans un salon. Un canapé et une télé étaient disposés à gauche de l'entrée. En face il y avait une pièce dédiée à la cuisine et repas. Et au fond à gauche, il y avait un escalier qui menait à l'étage, et elle pouvait apercevoir deux portes. Elle finit donc de se dévêtir et posa son déguisement près de la porte. Pendant ce temps, Sans avait pris soin de vérifier que Papyrus n'était pas ici. Il s’inquiétait certes pour son frère, mais il devait protéger Frisk pour l'instant.

« Viens, je vais te prêter ma chambre pour l'instant. Je dormirai sur le canapé, ne t'inquiète pas, j'ai le crâne dur, mouahahah.
-C'est gentil... Merci »

Pour simple réponse il lui fit un sourire en lui tendant la main. Elle la prit tout en suivant Sans qui l’amena vers la seconde porte de l'étage. Elle menait sur une chambre... dans un état lamentable : le lit n'était pas fait, des vêtements traînaient au sol, et on pouvait voir que le concept-même de nettoyage semblait inconnu. Frisk se retint de rire, même dans le pensionnat où elle vivait avant, sa chambre était mieux rangée.

« J-je suis désolé pour tout le bazar, je n'avais pas vraiment prévu d'héberger quelqu'un...

- Ce n'est pas grave ! Mais... Il va falloir apprendre à ranger, monsieur crâne en l'air ! »

Ils rigolèrent tout les deux avant de se faire les yeux doux... enfin plutôt l’œil doux. Frisk alla rapidement vers le lit de Sans avant de s'allonger dessus et de soupirer d'aise.

« Ça faisait longtemps que je n'avais pas dormi dans un lit...

-Tu peux te reposer, je vais sûrement aller vérifier quelque chose dehors. Je fermerai la porte à clé alors ne t'inquiète pas, princesse... Et si tu as faim, il doit nous rester quelques trucs dans le frigo. Je serai.... Tu t'es déjà endormie à ce que je vois. »

Il ramena la couverture sur Frisk avant de quitter la pièce en refermant la porte tout doucement. Il soupira et mit les mains dans les poches de sa veste. Maintenant que Frisk était en sécurité, son inquiétude pour son frère reprenait le dessus. Où avait-il bien pu passer ?... Il vérifia que la porte de la maison était bien verrouillée et se téléporta non loin du pont. Il chercha pendant quelques heures, allant à tous les endroits que Papyrus adorait. Fouillant le moindre de ses pièges, parcourant la forêt autant que ses forces le lui permettaient. Puis il s'assit sous un sapin pour se reposer... Sa respiration était pour le moins bruyante, malgré le fait que ce n'était qu'un tas d'os. Il regarda vers le ciel et aperçut quelque chose proche de lui. Ça avait une forme humanoïde mais cela ressemblait fortement à un ectoplasme. Cependant il y avait quelque chose d'intrigant avec ce fantôme, il portait exactement les mêmes vêtements que Frisk.

« ..Hey, toi là haut ! Pourquoi portes-tu les mêmes vêtements que Frisk, dit-il d'un ton agacé »

Chara ne répondit pas immédiatement, elle eu un doute sur le fait que c'était bien elle à qui il parlait.
Son doute s'effaça quand il la montra du doigt, toujours assis dans la neige.

« Donc, tu peux me voir ?... Et puis sache que les vêtements que Frisk porte sont les miens !

- Attends... Je ne crois pas te connaître, pourtant j'ai l'impression de t'avoir déjà vue... »

Il examina Chara de fond en comble néanmoins rien ne lui revient en mémoire et il soupira.

« Je suis désolé, ça ne me revient pas. Sache que je peux voir les fantômes, que ce soient des âmes humaines ou juste des monstres. Que fais-tu là ?...

-... D'habitude je reste près de Frisk mais vu qu'elle dormait, je t'ai suivi, c'est tout. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est grâce à elle si je suis revenue dans ce monde. Bo,n je retourne la voir ! »

Sans la vit disparaître instantanément et se retrouva seul. Il soupira en se questionnant sur la raison d'être de ce fantôme. Il n'avait même pas demandé son nom . . . Soudain, il vit le spectre revenir affolé.

« Woah, que se passe-t-il ? 

-C'est Frisk ! Je ne peux pas la rejoindre dans ta maison, et la porte et ouverte »

Un frisson parcouru l'échine dorsale de Sans tandis qu'il se mettait à courir en direction de Snowdin...

je suis désolée => je suis désolé
mieux observé => observer
Ouai => Ouais
se trouvé => se trouver
Elle pris => Elle prit
avoir étaient désactivés => avoir été désactivés
la mort provoqué => provoquée
Tout deux => Tous deux
une ville remplis de monstre meurtrier => une ville remplie de monstres meurtriers
la végétation semblait touffu => touffue
par endroit => par endroits
des tour => des tours
Cet histoire => Cette histoire
Que faîte vous ici => Que faites-vous ici ?
cet individu qui avais => avait
au monstre => aux monstres
si cruel => si cruels
ce haïr => se haïr
ses expériences stupide => stupides
Seule son crâne => Seul son crâne
la boue noir => noire
se déroulé => se dérouler
Elle retient => retint
cet fois => cette fois
j'avais commencer => commencé
Après ses mots => ces mots
vue qu'elle => vu qu'elle
de nouveaux => de nouveau
Ce ne saurait sans doute pas possible => serait
Tandis qu'elle rêvasser => rêvassait
Sans reviens => revint
Frisk sortie de sa cachette et viens à sa rencontre. => sortit / vint
tu passera un peu plus inaperçu => tu passeras un peu plus inaperçue
Frisk laissa échappé => échapper
Elle pris => prit
les vêtements et accessoire placé à l'intérieur => les vêtements et accessoires placés à l'intérieur
enveloppé => enveloppait
fis une espèce de petite dance => fit une espèce de petite danse
trébuchait => trébucher
vue qu'elle rougissait => vu qu'elle
s’entraînait => s'entraîner
une pièce dédié => dédiée
avait pris soins => pris soin
qui l’amené => l'amena
des vêtements traînés => traînaient
rangé => rangée
d'hébergé => héberger
je vais sûrement allez => aller
quelques choses => quelque chose
Je fermerais => fermerai
nous restait => nous rester
quelque truck => quelques trucs
reprenais le dessus => reprenait
bien verrouiller => bien verrouillée
que Papyrus adoré => adorait
est aperçu => et aperçut
que ce soit => que ce soient
je t'ai suivis => suivi
ce questionnant => se questionnant
ce passe t-il => se passe-t-il



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1395
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Dim 29 Juil - 16:00

Ce cliff hanger !

J'ai trouvé ce passage particulièrement bien écrit, j'ai l'impression que tu fais des progrès, continue comme ça Smile

 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 307
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 20
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Mer 26 Sep - 3:56

Il courut aussi vite que ses jambes le lui permettaient, suivi de près par Chara, activant pièges et trappes sur son passage. Pour lui, un seul but était désormais présent dans son esprit : sauver Frisk. Il arriva à Snowdin où il prit un raccourci pour retourner chez lui plus rapidement. La porte était bien ouverte mais il ne s'arrêta pas pour l'observer. Il grimpa les marches quatre par quatre et se stoppa un moment devant la porte de sa chambre. Qu'allait-il découvrir derrière ? Il haletait, mais ouvrit la porte doucement et aperçut.... Frisk, elle était dans le lit... Néanmoins... La couverture qu'elle avait sur elle se trouvait par terre.... Sans soupira et se laissa tomber sur le sol. C'est bon elle n'avait rien, elle était sauve. Il prit quelques minutes avant de refermer la porte, laissant sa dulcinée dormir. Il fouilla la maison de fond en comble, aussi bien la chambre de Papyrus que le salon et la cuisine, cherchant même dans les armoires et les étagères... Personne n'était là à part lui et l'humaine. Il entreprit donc une analyse de la porte. Elle n'avait pas été forcée, la porte avait été ouverte par quelqu'un. Les seules personnes à avoir les clés étaient Sans et Papyrus... Instinctivement Sans sortit de la maison, refermant la porte à clé. Il ne savait pas si son frère se trouverait à cet endroit, mais qui ne tente rien n'a rien. Il s'aventura à l'opposé de la forêt de Snowdin dans le lieu que l'on nomme Waterfall. Cette zone était pourvue d'énormes cascades, ainsi que d'une multitude d'étendues d'eau. Son atmosphère restait tout de même sombre malgré une grande variété de végétaux luminescents. Il rentra dans cette zone, cherchant le coin de rendez-vous que Papyrus avait avec le chef de la garde royale. Son frère n'était pas présent. Il soupira et s'assit sur un roche en face d'une étendue d'eau. Regardant son reflet dans l'eau, des souvenirs enfouis ressurgirent.

Il travaillait comme à son habitude dans le laboratoire de son père. Rangeant des dossiers, il aperçut un nom bizarre sur l'un d'eux... « Expérience mémorielle : contrôler les souvenirs ». Un peu avec effroi il décida d'ouvrir le dossier, sa curiosité prenant le dessus sur la raison. En lisant quelques passages il repéra des messages écrits en WinDing, une vieille langue connue par les Squelettes. Il retranscrit ce passage en écriture commune. Il était question d'une machine, directement implantée au cœur du C.O.R.E. la source d'énergie de tout l'Underground. C'est grâce à cela que son père avait été promu au rang de Scientifique en Chef Royal. Il avait ainsi pu recruter d'autres personnes sous son aile, tentant de ramener certains groupes de monstres disparus. Néanmoins, la traduction le perturbait, cela parlait d'incidents récents entre monstres, une guerre de territoires ayant provoqué la mort d'une dizaine de monstres. D'après les fichiers, la modification de la mémoire avait réussi, provoquant cette altercation. Il fouilla dans tous les fichiers et en trouva qui dataient de l'époque de la création du C.O.R.E. . Il trouva aussi le fichier sur le premier''cobaye'' de son expérience... sa main trembla en prenant les photos du spécimen. C'était lui... Nul autre que lui... Il avait toujours vécu dans l'ignorance... Maintenant, tous ses souvenirs revenaient... Cette salle noire, il ne pouvait rien voir... Puis une grande souffrance... l'apparition de points noirs … des milliers et des milliers de points noirs... Il ne voyait pas mais il ressentait... Puis la douleur qui le fit s'évanouir.... Maintenant, ses souvenirs étaient revenus, et une profonde haine émergea en lui. Il se releva les orbites vides, et alla dans la salle réservée au personnel de son père. Les scientifiques ne firent pas attention à lui, ayant l'habitude de le voir traîner un peu partout. Sans prit soin de verrouiller toutes les issues, et commença un carnage. La pièce devint un piège mortel, truffé d'os tranchants et des Gaster Blaster... Hum ? Vous ne savez pas ce que c'est ?... Mais si voyons, je vous en ai déjà parlé ! Les crânes de dragon qui tirent des lasers ça ne vous dit rien ? Vous êtes sûr de vraiment lire l'histoire au moins ? Bon.... Continuons ce flashback je vous prie ! Ahem... Les scientifiques se faisaient tuer un à un, tandis que Sans avançait lentement dans la pièce, pas après pas, mort après mort... Seulement deux personnes avaient réussi à s’échapper de ce piège mortel, s'acharnant contre la porte tandis que Sans s'approchait d'eux. Il allait leur envoyer le coup final...

« A-Attend Sans !... J-J'ai... Enfin n-nous avons des enfants....

- O-Oui des petits louveteaux.... Tu n-ne va pas les séparer de leur famille ?... P-pas vrai ?.. »

Les orbites de Sans redevinrent vides. Famille. Un mot qui n'avait plus aucun sens pour lui. Il regarda la mère et le père avant d'afficher un sourire carnassier.

« Mouahahah.... Vous me parlez de famille... Mais ce mot est vide... Ils se porteront bien mieux SANS vous ! »

Une multitude d'os apparut au-dessus des deux monstres... Leur dernier réflexe fut de se prendre la main tandis que les os plurent sur eux. S'enfonçant dans leurs bras, leurs mains, leurs jambes... Leur agonie dura un long moment. Et avant qu'ils ne se transforment en poussière, il leur adressa un dernier mot.

« Ils auraient fini comme expérience.... Tout comme je l'ai été... »

Simultanément, leurs cadavres se transformèrent en poussière alors que Sans déverrouillait la porte et attendait son ''père '' dans le bureau. La suite de sa mémoire était floue... Il se souvenait juste d'avoir blessé gravement son père, mais de ne pas pouvoir se résoudre à le tuer.

Il reprit ses esprits, contemplant son reflet immobile dans l'eau. Il avait tellement de poussière sur ses mains. Il soupira avant de se retourner et de remarquer la présence de son frère... Il avait l'air de l'observer depuis de nombreuses minutes. Sans voulut lui lancer une remarque cinglante mais il prit la parole en premier.

« ...SANS, JE SUIS DÉSOLÉ... J..JE... PAR MA FAUTE.... TU AS ÉTÉ TUE.... JE T'AI TUE... JE NE LE MÉRITE SUREMENT PAS TON PARDON.... MAIS JE TENAIS A TE LE DIRE... CHER FRÈRE... »

Sans fut quelques peu déboussolé de voir son frère s'excuser... Si Undyne avait été présente, elle se serait moquée tout en lui rappelant qu'un membre de la Garde Royale ne demande jamais pardon. Ils ont tous les droits possibles dans l'Underground. Il réfléchit pendant un moment et soudainement, remarqua quelque chose d'encore plus invraisemblable.

« Comment te rappelles-tu cela ?! Tu n'es pas censé t'en souvenir !! 

-(Il baissa le regard) J...JE NE SAIS PAS... MAIS JE ME SOUVIENS... LA DOULEUR DE VOIR SON PROPRE FRERE MOURIR... ALORS... J'AI DECIDE QUE QUOI QUE TU DECIDERAS POUR L'HUMAINE.... JE T'AIDERAI DESORMAIS...

-... Merci Papyrus... Retournons à la maison tu veux ? Elle est en train de se reposer. 

- D'ACCORD... »

Quand Papyrus se retourna pour prendre le chemin de leur maison, Sans comprit pourquoi son frère se souvenait. Une tache de quelques centimètres était apparue derrière son crâne, néanmoins elle était rouge comparée aux siennes, noires. Il se lancerait dans la recherche de ce changement plus tard, pour l'instant il fallait mieux éviter que quiconque d'autre ne l'aperçoive.

« Papyrus... Je pense que tu devrais changer de look... C'est juste comme... Le signe que tu ne trahiras jamais cette promesse »

Suite à ces mots, il arracha une partie de son t-shirt, tout en demandant à Papyrus de se baisser. Il fit un bandeau avec ce morceau de tissu qu'il posa sur la tête de son frère. Cela restait artisanal, allant plutôt bien avec le reste de son armure. Il laissa faire Sans, il lui devait bien cela après le mal qu'il lui avait fait. Continuant de marcher, ils papotèrent comme si de rien n'était, comme si aucun être humain ne tomberait jamais plus...
Frisk s'éveilla de son lourd sommeil, cherchant du regard une personne familière. La seule présence qu'elle remarqua était Chara, flottant dans les airs en affichant un air pensif. Elle semblait imperturbable. Frisk se redressa contre le lit et observait Chara. Émergeant encore de sa sieste, elle mit quelques instant avant de comprendre que c'était la première fois qu'elle la voyait. Du moins autre part que pendant les Resets. Elle hésita, peut être que c'était juste son imagination débordante après tout. Elle prit quand même le risque de l’appeler, cela ne coûtait rien. Chara fronça juste un peu plus les sourcils, toujours perdue dans ses pensées.

« CHARA !!! hurla-t -elle »  

Elle sursauta en entendant son prénom prononcé de manière violente. Elle regarda autour d'elle avant d’identifier la voix de la personne qui l'avait appelée. Elle se retourna vers Frisk et se montra du doigt ne comprenant pas comment Frisk pouvait la voir. Elle s'approcha de Frisk avec les yeux grands ouverts de stupéfaction. Cela l'amusa la faisant rire tandis que le fantôme s'approchait d'elle.

« Oui, c'est à toi que je parle mademoiselle, dit-elle, rigolant toujours un peu.

-...Un simple être humain ne peux pas me voir, c'est bizarre..., répondit-elle reprenant ses esprits.

-Je me souviens pas t'avoir vue avant maintenant ? Peut-être est ce lié aux fleurs ? »

Mais Chara était déjà repartie dans ses pensées. Elle décida de la laisser tranquille, elle se leva du lit  cherchant une salle de bain. Elle n'en trouva pas, après tout à quoi avait elle pensé ? Des squelettes n'avaient pas vraiment besoin de se rafraîchir... Elle soupira et descendit dans la cuisine guidée par son estomac ! Elle n'eut aucun mal à trouver de la nourriture et toutes sortes d'ingrédients. Cela la troublait... Comment les monstres pouvaient-ils obtenir tout ça ?... Elle demanderait à Sans plus d'informations là-dessus, néanmoins à la vue de tout ceci elle décida de cuisiner. Attendant le retour de Sans, Frisk ne savait pourtant pas ce que pouvait bien manger un squelette... Elle pouvait cependant être certaine qu'ils mangeaient, en raison de la nourriture qu'elle avait trouvée. Elle se fit rapidement un sandwich avec ce qu'elle avait trouvé. Ne sachant pas quoi faire, elle décida de se mettre devant la fenêtre, observant plus courageusement la ville de Snowdin. Au final, quelle différence y avait il entre une ville remplie de monstres et une ville pleine d'êtres humains ? Aucune. Elles se ressemblaient bien plus qu'elles n'y paraissaient. Elle se surprit à soupirer, il y avait déjà des inégalités entre Hommes, donc faire sortir les monstres de sous la montagne ne changerait rien. Elle se promit à elle-même, tout en mangeant son sandwich, qu'elle ferait son possible pour sauver ces pauvres monstres. Ils n'ont que trop souffert dans l'Underground, quelqu'un... se doit de les sauver.

ses jambes le lui permettait => permettaient
suivit de près => suivi
sauvé Frisk => sauver Frisk
il pris => prit
pour retourné => retourner
aperçu => aperçut
se laissa tombé => tomber
Il pris => prit
refermé => refermer
Il entrepris => entreprit
Elle n'avait pas été forcé => forcée
Sans sortie => sortit
Cet zone => Cette zone
pourvus => pourvue
une multitude d'étendue => étendues
Expérience mémoriel => mémorielle
des messages écrit => écrits
une vielle langue connus => une vieille langue connue
directement implanté => implantée
Scientifique en Chef Royale => Royal
d'autre personne => d'autres personnes
tentant de ramené certain groupe de monstre disparut => tentant de ramener certains groupes de monstres disparus
le perturbé => perturbait
Une guerre de territoire => territoires
provoquait => provoqué
tout les fichiers => tous les fichiers
en trouva qui datait => dataient
du création => de la création
revenais => revenaient
salle noir => noire
ses souvenirs étaient revenu => revenus
la salle réservé => réservée
traînait => traîner
Sans pris => Sans prit
soins => soin
verrouillé tout les issues => verrouiller toutes les issues
truffé d'os tranchant => tranchants
Vous ne savez pas ce que sais => c'est
parler => parlé
tire => tirent
je vous pris => prie
Les scientifiques se faisait tué => Les scientifiques se faisaient tuer
Sans avancé => avançaient
avaient réussis à s’échappait => avaient réussi à s'échapper
piège mortelle => piège mortel
leur envoyé => envoyer
louvetaux => louveteaux
l'ai séparé => les séparer
redevinrent vide => redevinrent vides
avant d'affiché => afficher
ce prendre la main => se prendre
leur bras, leur mains, leur jambes => leurs bras, leurs mains, leurs jambes
Il aurait finit => Ils auraient fini
leur cadavres => leurs cadavres
déverrouillai => déverrouillait
flou => floue
se résoudre à le tué => à le tuer
se retournait => retourner
DESOLER => DESOLE
PART MA FAUTE => PAR
tout les droits possible => tous les droits possibles
te rappelle-tu de => te rappelles-tu cela
Une tâche => une tache
comparait au siennes, noirs => comparée aux siennes, noires
cet promesse => cette promesse
Cela restait artisanale => artisanal
le mal qui lui avait fait => qu'il lui avait fait
Continuant de marchant => marcher
toujours perdu => perdue
avant d’identifiés => identifier
Peut-être est ce liée au fleur => lié aux fleurs
Elle décida de la laissait => de la laisser
dû à la nourriture => en raison de la nourriture



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.


Dernière édition par Daivou le Mar 2 Oct - 14:30, édité 1 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1395
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 21
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   Lun 1 Oct - 21:47

Wow, la révélation sur le passé de Sans ! Surprised

C'était intéressant ce passage :

@Daivou a écrit:
Hum ? Vous ne savez pas ce que c'est ?... Mais si voyons, je vous en ai déjà parlé ! Les crânes de dragon qui tirent des lasers ça ne vous dit rien ? Vous êtes sûr de vraiment lire l'histoire au moins ? Bon.... Continuons ce flashback je vous prie ! Ahem...

mais je me demande s'il n'intervient pas trop tard, on pensait que le narrateur ne s'adresserait pas à nous, et là on a cette surprise... Enfin, pourquoi pas !

Il y a deux choses que je n'ai pas comprises :
"il était lieu de" => je pense que tu as mélangé "il était question de" et "il y a lieu de se demander". Dans le cas présent, il faudrait dire "il était question de", si j'ai bien compris.

"les os pleurèrent" => c'est un peu bizarre comme image avec "pleurer", tu voulais utiliser le verbe "pleuvoir" ? Dans ce cas, le passé simple est "plurent" Wink

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BeyondFell [TS]   

 
 

BeyondFell [TS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» BeyondFell [TS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos fanfictions :: Jeux-